Pensée d'un Jour

13 janvier 2015

J’ai été surprise, émue par ces démonstrations publiques de tristesse et d’indignations, mais je ne peux m’empêcher de m’interroger que leur contenu réel.

Pourquoi ressentons-nous le besoin de pleurer nos morts en groupe et pas celui de se recueillir seul ?

Pourquoi partageons-nous notre tristesse et notre indignation avec ces inconnus sur des places bondées ?

Pourquoi allumons-nous ces cierges au pied de nos mairies et à nos fenêtres ?

Avez-vous remarqué que dans ces moments, nous avons toujours un proche qui connaît plus ou moins bien une des victimes ? Aurions-nous besoin de ressentir la barbarie au plus près pour tester notre union ?

Veuillez excuser mes interrogations auxquelles je n’ai pas vraiment de réponses ?

Cet élan soudain et si fort de fraternité m’a presque choqué tant il est différent de notre comportement quotidien des jours d’avant.

Cette union de tous ces êtres pensant revendiquer les mêmes valeurs me semble au fond un joli emballage brillant mais sans le cadeau à l’intérieur.

En effet, ne nous y trompons pas, les valeurs défendues sur ces places ne sont pas les mêmes pour tous.

Certains, coupables d’amalgame viennent pour dénoncer les musulmans et les immigrés qui gangrènent notre pays. D’autres veulent plus de sécurité et réclament une force policière plus visible.

Comme si l’adage « Œil pour œil, dent pour dent » avait déjà fait ses preuves et amené la paix durable en plus de noter la nette supériorité intellectuelle du clan attaqué, n’oublions donc pas ceux qui par instinct de vengeance osent revendiquer la réhabilitation de la peine de mort.

Ou pour les plus modérés le retrait de toutes les allocations aux personnes soupçonnées d’extrémisme musulman.

Que dire à ces personnes mise à part qu’ils vont malheureusement en contradiction avec les slogans d’égalité qui sortent de leur bouche ces derniers jours.

Alors, le réveil des consciences est-il vraiment en marche ?

Combien de manifestants des marches républicaines de 2002 ont cédé à la tentation de voter pour Mme Le Pen en 2007 ?

Nous pouvons donc spéculer sur le nombre de manifestants de dimanche qui voteront pour des partis d’extrême droite lors des prochains scrutins

Loin de moi l’idée que tous les Français sont racistes et coupables d’amalgames. Seule une infime partie l’est au fond d’elle.

Je pense qu’une grande part des gens marchant hier, fait preuve d’une grande sensibilité et a été réellement touché par ces évènements. Mais je crains qu’un grand nombre n’ait pas en sa possession les outils nécessaire pour réagir correctement à cette attaque de nos valeurs et pour comprendre et accepter notre responsabilité.

Au milieu de tous ces gens aux pensées et valeurs hétérogènes, où êtes-vous amis de la laïcité, mes frères, vous partisans de la liberté. Vous, qui en réponse à ces actes, demandez une liberté accrue qu’elle soit nommée liberté de conscience ou liberté d’expression.

Où êtes-vous amis de la pluralité culturelle ?

Tirons ensemble les bonnes conclusions, réparons les erreurs d’intégrations du passé. Préparons-nous à mettre en place une mixité sociale réelle à l’école, dans les quartiers et partout où nous le pouvons.

Recréons un lien social pour que les idées extrémistes dont nos jeunes sont abreuvées ricochent sur leur tête sans faire de trace.

Ces évènements ont permis au peuple français de tendre l’oreille à une barbarie qu’il n’entendait plus, il est temps maintenant temps de lui donner les bonnes informations.

Afin que cette marche ne soit pas une marche destinée à se donner bonne conscience.

Afin qu’ils ne soient pas morts pour rien.

Afin que ces évènements ne se reproduisent plus.

Afin que nos valeurs perdues depuis longtemps resurgissent.

Et bien sûr afin que nous puissions continuer à rire de tout.

Agissons. Instruisons.

Posté par Apolline C à 00:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]